mercredi 14 mars 2012

La culture de la perfection


Willy GUILLARD

Nous nous en rendons bien compte chaque jour, notre société nous conduit à toujours plus de performance, à être parfait pour  avoir à une vie sans problème, sans difficulté. A la recherche du bonheur nous essayons, à tord, de lisser nos vies en niant les émotions que nous qualifions de négatives, telles que la colère, la tristesse, la peur, le ressentiment, la honte ...




A la naissance de ma première fille, une amie m'a offert un livre qui m'a surprise et que finalement j'ai beaucoup apprécié car il a eu le mérite de supprimer le poids de la réussite de mon "métier" de mère. Le titre de ce livre est très évocateur : Comment ne pas être une mère parfaite ?  de Libby Purves.

Voilà qui était paradoxal! Alors que je souhaitais avant tout m'engager dans ma vie de mère en "performant" et en étant la meilleure des mères pour mon enfant, ce livre encourage à être soi, authentique dans nos relations avec nos enfants. Cela sous-entend se faire confiance, croire en notre capacité, écouter nos intuitions, ouvrir sa créativité et accepter nos faiblesses et nos erreurs à venir.

Finalement, pourquoi ne pas étendre ce principe d'authenticité, de confiance en soi, d'acceptation de notre vulnérabilité à toutes nos relations ?
Qu'aurions-nous à gagner ?
Le bonheur ne serait-il pas de vivre sereinement avec soi, c'est à dire sans culpabilité, sans honte, sans jugement, juste en s'acceptant tel que nous sommes ?
Cela ne faciliterait-il pas nos relations aux autres, que se soient nos proches, nos amis, nos collègues ou des rencontres ?

La souffrance est dans l'isolement. Et notre société est de plus en plus en souffrance. Les personnes qui ont suffisamment confiance en elles, qui s'estiment valables entrent plus aisément en relation. Elles n'ont pas honte d'être qui elles sont, n'ont pas peur de ce que l'on peut penser d'elles.

Avoir de l'indulgence envers soi-même, s'aimer, se respecter, ne pas chercher le culte de la perfection inatteignable et être satisfait d'être tel que nous sommes est la clé vers un mieux être avec soi-même et les autres.

Ça sent bon le bonheur !